Microcosme galactique

Rosa Skop

 Dans sa peinture, Rosa Skop questionne la notion de frontière entre l’infiniment petit et l’infiniment grand.

Elle brouille les échelles ainsi que les repères et nous plonge dans un monde organique et végétal qui se transforme, par un jeu subtil d’accommodation, en un monde cosmique aux galaxies complexes.

L’artiste nous convie à un voyage immobile et intérieur, à une immersion dans des contrées aux frondaisons de dentelles délicates et aux ramifications mentales.

 

Notre regard, captivé, chemine le long de la nervure d’une feuille, et se trouve peu à peu perdu dans des profondeurs abyssales, aquatiques ou célestes.
Les paysages de Rosa Skop sont à la fois une géographie et une cosmographie de l’intime. Ils révèlent le fil tendu et ténu de la vie qui peut parfois toucher à l’éternité lorsque le lien obscur et indéfectible avec le cosmos se fait jour.

Tout est question de transformation et d’altération dans son travail.
Sa peinture au brou de noix et à l’encre de chine – d’une grande délicatesse et d’une extrême finesse –, renoue avec les planches botaniques des artistes humanistes.

Son travail explore les processus à l’oeuvre dans le monde végétal : apparition, disparition, décomposition. Il interroge à travers les changements inéluctables du cycle de la vie l’impermanence de la condition humaine : les états éphémères, le passage, la métamorphose, l’enveloppe, la mort, l’absence irréversible.

 

Laisser un commentaire