Zones fragiles

Woitek Skop

Woitek Scop nous entraîne dans des paysages de lisière qui se réinventent à chaque instant. Des paysages où la terre et l’eau se mêlent et se disputent sans cesse le terrain, au rythme des marées et des heures qui passent.

Au carrefour des techniques traditionnelles et numériques, il conçoit des ambiances patchwork, entre dessins, gravures et pixels, n’appartenant à aucun territoire définitif, toujours dans un entre-deux.

Il nous propose des lieux intermédiaires, instables, secoués par les vagues et le vent, issues de visions qu’il glane le long des rivages. Là où l’humeur hésite entre l’attente, l’espoir ou le renoncement, là où les instants se succèdent entre effacement et découvertes…

 

Le regard se hasarde librement dans ces espaces accidentés, s’attarde sur des détails étonnants. Océan, estuaire, eau, sable, rochers : les éléments et les dimensions s’entrechoquent. Parfois, un détail rappelle la présence de l’homme, une présence discrète, apaisée, consciente de sa véritable place.

Les œuvres de Woitek Scop se déploient avec force et autorité : ses bâches de grandes dimensions s’imposent dans le paysage, entre photo et peinture. Elles sont là pour résister, contre vents et marées. Elles prennent place dans le terroir dont elles sont issues, mises en abyme.

Un univers virtuel fait de surfaces sans épaisseur se déploie avec la puissance du granit.
Comme si l’intention était de se confronter aux contraires, partout et toujours, dans un univers en perpétuel transit.

 

Laisser un commentaire